> retour aux actualités régionales

Comment savoir si mon chat souffre d’un problème urinaire ?

05/11/2021

Comment savoir si mon chat souffre d’un problème urinaire ?

Les problèmes urinaires sont fréquents chez le chat et la chatte et peuvent conduire à des situations compliquées voire désespérées dans certains cas. Il n’est pas simple de savoir si son chat souffre d’une pathologie urinaire tant les symptômes sont communs à plusieurs maladies touchant les voies urinaires basses (vessie, urètre). On les appelle d’ailleurs les Maladies du Bas Appareil Urinaire Félin (MBAUF).

Causes fréquentes de soucis urinaires des voies basses chez le chat

Parmi les causes de pathologie urinaire chez les chats, on identifie principalement :
 

  • Les cystites du chat d’origine connue et les cystites félines idiopathiques (de causes inconnues) causant, pour ces dernières, près de 65% des cas de MBAUF.
  • Les cristaux ou calculs urinaires
  • Les bactéries et autres microbes (virus, champignons) provoquant des infections urinaires (ITU) plus rares que chez le chien ou chez l’homme.
  • Les anomalies anatomiques ou neurologiques
  • Les tumeurs.
 
Le stress est un facteur ayant un rôle majeur, chez certains chats, dans le déclenchement de cystites ou blocages urinaire, notamment chez les chats mâles castrés.

 

Symptômes permettant de savoir si votre chat a un problème urinaire

Il est assez difficile de voir qu’un chat est malade tant cet animal a l’habitude instinctive de masquer son inconfort. Heureusement, les signes sont généralement les mêmes, car les voies urinaires inférieures du chat réagissent de manière similaire. L'inflammation et la douleur, qui en découlent, provoquent des symptômes faciles à identifier qui vous permettront de savoir que votre chat est inconfortable et cache un souci urinaire.

Ces signes sont principalement les suivants :
 
  • Le chat peut uriner en dehors de sa litière (baignoire, douche, carrelage…).
  • Il va faire pipi fréquemment avec peu ou pas d'urine.
  • Il peut pleurer, se plaindre en urinant.
  • On observe parfois du sang dans ses urines (urine rouge ou rosée).
  • Le léchage des parties génitales est insistant et répété.
  • L’animal reste en position et force pour uriner.
 
Une attention particulière est à apporter aux chats mâles castrés car leur urètre est beaucoup plus long et étroit que celui des femelles. Une obstruction peut se produire et entraîner une rétention urinaire douloureuse et toxique pour les reins. Une rupture de la vessie est également possible. Il s'agit d'une véritable urgence ! Dans tous les cas, si vous constatez un ou plusieurs de ces symptômes vous devez appeler votre vétérinaire afin qu’il puisse soigner et soulager votre animal.

 

Que fera le vétérinaire pour votre chat ?

1/Poser le diagnostic
 
Le vétérinaire procède à un examen approfondi de l’animal en recueillant ses antécédents et en l’examinant lors de la consultation. Un ensemble d’examens complémentaires est souvent nécessaire pour déterminer la cause du souci urinaire de votre chat. Parmi ceux-ci, on retrouve fréquemment :
 
 

  • L’analyse directe de l’urine (bandelette, densité urinaire, examen microscopique…).
  • L’analyse de sang permettant d’évaluer les reins et les autres fonctions de l’organisme.
  • La recherche de germes (mise en culture) lors de suspicion d’infection.
  • L’imagerie (radiographie, échographie) à la recherche de calcul, malformations, autres anomalies du tractus urinaire.
 
Le but ici est de qualifier la pathologie afin de la soigner de façon spécifique
 
2/Mettre en place le traitement
 
Le traitement n’est pas identique d’un chat à un autre et dépend directement de la cause identifiée et de l’état général dans lequel le chat se trouve au moment de la consultation. Votre vétérinaire déterminera l'approche la plus appropriée pour votre cher animal et choisira parmi certaines de ces options :
 
 
  • Des anti-inflammatoires et des antidouleurs pour calmer les muqueuses et rendre le confort à votre boule de poils.
  • Des antibiotiques si une infection urinaire est avérée.
  • Des perfusions en hospitalisation si les fonctions rénales ou vitales sont touchées. Cela permet de drainer les reins et de nettoyer le sang des déchets urinaires accumulés (urée, créatinine).
  • Une intervention sous anesthésie visant à poser une sonde et débloquer le « chat bouché » est fréquente.
  • Un régime alimentaire spécifique pour cadrer les récidives qui sont fréquentes.
  • Des conseils environnementaux visant à gérer le stress de votre chat si nécessaire.

 

Comment prévenir les maladies du bas appareil urinaire félin

Les problèmes urinaires chez le chat ont une fâcheuse tendance à récidiver. Si vous ne pouvez rien faire sur l’apparition initiale des symptômes, il est possible d’agir pour prévenir les récidives. Il est très important de suivre toutes les recommandations du vétérinaire concernant le traitement à la maison ainsi que sur les visites et tests de suivi programmés. La prescription d’une alimentation spécifique limitant la formation des cristaux, des déchets urinaires et l’inflammation des muqueuses est une clé indispensable qu’il vous faudra suivre. L’apport d’eau fraîche via une fontaine est un soutien essentiel, tout comme la limitation du stress dans l’environnement direct de votre chat. Vous n’annulerez pas tous les risques, c’est certain mais vous les réduirez très probablement de 80 à 90% en respectant ces règles.

Article en partenariat avec Conseils-Véto